26 juin 2017  

Accueil  |    Dossiers  |    Toutes Les news  |    Adhérents  |    Sections  |    Liens  |    Contacts     

Dernière mise à jour : 14 septembre 2007


Posté le 2003-06-18

 Pourquoi SUD Energie Transport Gaz a raison sur les retraites

Pourquoi SUD Energie Transport Gaz a raison sur les retraites


 - Le Gouvernement tente de nous manipuler ! Il n’existe en effet pas qu’un seul projet possible (qui n’agit que sur la durée de cotisation).
 - D’autres propositions plus équitables et économiquement réalistes sont envisageables en combinant plusieurs critères et plusieurs sources de financement : recours à la CSG plutôt qu’à des cotisations basées sur les salaires uniquement, cotisations patronales, cotisations salariales, durée de cotisation, système de retraite par points…
 - S’il est vrai que le nombre d’actifs par rapport au nombre de retraités diminue, il est vrai aussi que la part consacrée aux salaires (y compris les charges) dans la richesse nationale (PIB) a diminué de 10% en 20 ans. Ces 10% ayant été transférés vers les profits (soit aujourd’hui 150 milliards d’euros par an).

 - Cette richesse nationale (qui est la somme des richesses crées par les entreprises), et qui correspond à notre efficacité économique, était de 750 milliards d’euros en 1960, de 1500 milliards en 2000 et sera de 3000 milliards d’euros en 2040. On le voit, l’effort de financement est quand même nettement plus facile à réaliser dans le cadre d’une richesse qui en 2040 approchera les 3000 milliards (euros, base 2003).

Ces arguments attestent de la pertinence de notre analyse, mais compte tenu de la situation beaucoup sont frustrés d’avoir raison et de ne pas pouvoir modifier sensiblement le projet gouvernemental pour le rendre équitable.

Alors pourquoi notre vision pourtant légitime ne s’est pas imposée :

1) Du fait que la stratégie syndicale dominante réclame le retour à la case départ sans comprendre que la grande majorité de la population avait intégré la nécessité d’une réforme.

2) La trahison de la CFDT qui défend davantage le MEDEF que le monde salarié privé et public

3) L’attitude un peu trop conciliante du secrétaire général de la CGT. Dans la presse, François Fillon a d'ailleurs tenu à rendre hommage à la CGT et à son secrétaire général, Bernard Thibault, pour son "attitude responsable". En soulignant ainsi l'"opposition raisonnable" de la CGT, "même dans les moments de tension", le ministre du travail sait gré à la centrale de Montreuil de s'être évertuée à empêcher la généralisation d'un mouvement qui risquait d'échapper à son contrôle.


L’entêtement du gouvernement à ne plus rien négocier d’essentiel, révèle davantage sa volonté de protéger les revenus du capital que de faire une réforme équilibrée qui garantisse l’avenir.

 RECHERCHER

 

 NEWS

[   Accueil     Dossiers     Toutes les news     Adhérents     Sections     Liens     Contacts   ]